Dons de la Fondation RHUGWASANYE en partenariat avec l’association Agir R.D.C au bénéfice de 900 familles victimes de guerre à l’Est de la R.D CongoDons de la Fondation RHUGWASANYE en partenariat avec l’association Agir R.D.C au bénéfice de 900 familles victimes de guerre à l’Est de la R.D Congo

Depuis le début du mois de février 2024, le territoire de Nyiragongo situé à une vingtaine de km au nord de la ville de Goma, ainsi que celui de Masisi, à une trentaine de km à l’ouest sont frappés par une guerre atroce. Il s’agit d’un affrontement qui oppose plusieurs rebelles dont les M23 à l’armée loyaliste de la République Démocratique du Congo. Actuellement les combats se rapprochent de Sake (une cité stratégique qui donne directement sur la route de Goma) et la panique gagne toute la population. Des milliers de familles avec des enfants de moins de 5 ans, à pied, à moto ou en voiture, quittent les villes et les villages autour de Goma pour se réfugier au centre de la ville.

Tous les centres d’accueils et camps des réfugiés sont pleins, les familles passent la nuit ventre creux dans les rues de Goma, d’autres dans des salles des classes et des églises. Beaucoup d’enfants souffrent déjà de la diarrhée, choléra et d’autres déshydratés suite au manque d’eau potable. Plus de 1 500 enfants sont perdus, abandonnés et séparés de leurs familles lors des déménagements brusques. Les volontaires aident certaines familles à construire des maisons avec des sacs de farines pour s’abriter de la pluie.

Notre action d’urgence

En partenariat avec une association locale (Agir RDC), nous avons sollicité une place dans un chantier d’une église afin de donner un abri à 900 familles à GOMA. Seulement 40 de ces dernières arrivent à passer la nuit dans ce chantier et 840 familles dorment dehors avec des enfants de 1 à 8ans.

Chaque matin, nos bénévoles sur place préparent de la bouillie concentrée avec du sucre, soja et huile d’arachide pour donner un gobelet à chaque enfant deux fois par jour. Les adultes se partagent un seul gobelet.  Toutes les 900 familles se partagent une seule toilette. Nous sommes en train de creuser des trous dans la parcelle pour créer d’autres toilettes supplémentaires.

Nos volontaires en santé organisent une clinique mobile pour faire des consultations et des accompagnements psychosociaux. Après consultation nous donnons des médicaments de premières nécessités.

Ainsi, nous apportons notre minime soutien à ces dernières

Fondation RHUGWASANYE, 13 février 2024

Journée internationale des enfants soldats 12 février 2024Journée internationale des enfants soldats 12 février 2024

« Je souhaite un monde sans enfants soldats »

Publié le 7 juin 2018 par l’ONG Internationale ATD Quart-Monde

Lien vers l’article : https://unmondeautrementvu.wordpress.com/2018/06/07/je-souhaite-un-monde-sans-enfants-soldats/

Pour un enfant, grandir dans la chaleur familiale et dans une société solidaire est un pas pour son développement.

Le monde souffre, des guerres, des conflits et surtout de l’extrême pauvreté. Les gens qui les endurent deviennent comme inexistants alors qu’ils ont pleinement le droit d’apparaitre comme tout Homme !

Tout humain a besoin d’une personne à ses côtés dans les meilleures et les pires situations de sa vie. Un enfant ressent encore plus ce besoin. Son corps, sa réflexion, son esprit et sa manière d’agir se développent selon son entourage, les personnes qui s’occupent de lui, les personnes qu’il voit ; ce qu’il subit et endure….

Je suis choqué aujourd’hui de voir que des milliers d’enfants sont actuellement délaissés, drogués dans des rues de pays de cette terre. Certains sont victimes des conflits armés et politiques, coincés dans les forêts et envoyés au front sans consentement libre de leurs parts ! Là leur avenir se noircit, ils sont transformés, détruits, tués.

Ces enfants aussi ont besoin de l’école. Ils ont besoin d’être considérés et de jouir des mêmes droits que tout autre enfant. Ils ont besoin de l’affection et de la chaleur familiale. Au lieu d’une natte pour dormir dans la forêt ils ont besoin d’un matelas et d’une chambre.

Cela va plus loin que leurs propres besoins : il s’agit d’une exigence éthique fondamentale pour un monde juste, sans guerre, sans misère.

Je souhaite un monde sans enfants abandonnés, exclus, discriminés, traumatisés, enrôlés dans les groupes armés. Un monde sans enfants privés de solidarité, un monde avec du travail en commun, de l’amour et de la dignité dans la société.

Pour l’avenir, il est temps de faire que chaque enfant devienne un bon citoyen.

Lien vers l’article : https://unmondeautrementvu.wordpress.com/2018/06/07/je-souhaite-un-monde-sans-enfants-soldats/

Portrait d’un partenariat constructif et amical à BukavuPortrait d’un partenariat constructif et amical à Bukavu

Gloire BAHATI(volontaire de la fondation et P. Gavioli (Directeur du centre Don Bosco) à Bukavu

Depuis 1994, l’Est de la R.D Congo connait des guerres, conflits armés et massacres récurrents qui ont déjà fait plus de 5 millions de victimes. Selon l’UNICEF, ce conflit a perturbé l’éducation de près de 750 000 enfants entre 2022 et début 2023 suite à l’insécurité.   Dans ce contexte humanitaire très tendu, les pères salésiens mènent diverses activités d’aide et soutien à la population par le biais de leur Centre « Don Bosco de Bukavu », situé le long du boulevard industriel de la ville non de la place du 24.  

En 2018, notre fondation fait connaissance du Père Don Piero Gavioli, missionnaire salésien responsable de ce centre qui offre différentes formations professionnelles aux jeunes de Bukavu et de ses environs.

Progressivement, il manifeste un désir ardent de collaborer avec nous afin de donner aux jeunes en situation de pauvreté une possibilité concrète de pouvoir se créer un avenir meilleur.

En 2019, nous sommes parvenus à concrétiser un partenariat qui a donné la possibilité à 18 jeunes pris en charge par notre fondation de poursuivre leurs études sous un programme de bourse qui assure les frais scolaires avec possibilité de bénéficier des facilités offertes par le centre Don Bosco à Bukavu. Pendant trois ans, notre collaboration a porté des fruits inestimables, nous avons appris à ses côtés, nos enfants ont reçu le privilège d’étudier dans des bonnes écoles de la ville de Bukavu et recevoir une éducation de qualité comme tout autre enfant.  Pour notre fondation, la communauté des Salésiens demeure un partenaire clé et important pour une action humanitaire coordonnée au bénéfice des plus pauvres en République Démocratique du Congo.