Portrait d’un partenariat constructif et amical à Bukavu


Gloire BAHATI(volontaire de la fondation et P. Gavioli (Directeur du centre Don Bosco) à Bukavu

Depuis 1994, l’Est de la R.D Congo connait des guerres, conflits armés et massacres récurrents qui ont déjà fait plus de 5 millions de victimes. Selon l’UNICEF, ce conflit a perturbé l’éducation de près de 750 000 enfants entre 2022 et début 2023 suite à l’insécurité.   Dans ce contexte humanitaire très tendu, les pères salésiens mènent diverses activités d’aide et soutien à la population par le biais de leur Centre « Don Bosco de Bukavu », situé le long du boulevard industriel de la ville non de la place du 24.  

En 2018, notre fondation fait connaissance du Père Don Piero Gavioli, missionnaire salésien responsable de ce centre qui offre différentes formations professionnelles aux jeunes de Bukavu et de ses environs.

Progressivement, il manifeste un désir ardent de collaborer avec nous afin de donner aux jeunes en situation de pauvreté une possibilité concrète de pouvoir se créer un avenir meilleur.

En 2019, nous sommes parvenus à concrétiser un partenariat qui a donné la possibilité à 18 jeunes pris en charge par notre fondation de poursuivre leurs études sous un programme de bourse qui assure les frais scolaires avec possibilité de bénéficier des facilités offertes par le centre Don Bosco à Bukavu. Pendant trois ans, notre collaboration a porté des fruits inestimables, nous avons appris à ses côtés, nos enfants ont reçu le privilège d’étudier dans des bonnes écoles de la ville de Bukavu et recevoir une éducation de qualité comme tout autre enfant.  Pour notre fondation, la communauté des Salésiens demeure un partenaire clé et important pour une action humanitaire coordonnée au bénéfice des plus pauvres en République Démocratique du Congo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recent post

GratitudeGratitude

L’année scolaire 2021- 2022 , 30 enfants ont été scolarisés par le don de madame Silvia Sucarenko. Les enfants expriment leur reconnaissance. « Silvia a été une lumière pour nous.

Translate »